Sortie de résidence Création en cours

Publié le 16 mai 2018

Vernissage le 19 mai à 12h00.
Exposition du 19 mai au 13 juin.
Médiathèque de Sospel

Résidence artistique Création en cours, pilotée par les Ateliers Médicis, avec le soutien du ministère de la Culture et en coopération avec le ministère de l’Education nationale. Exposition de sortie de résidence à la médiathèque de Sospel du 19 mai au 13 juin. Vernissage le samedi 19 mai à 12h00.

afficheflyer300dpi

La résidence Création en cours (Ateliers Médicis) de l’artiste plasticienne Anaïs Lelièvre à Sospel s’est amorcée par une phase de recherche à partir des ressources locales du village. Entre les strates géologiques, les cailloux émergeant de la Bevera, les dessins formés par les pierres sur les murs et sols pavés, les inscriptions pariétales, l’histoire de la route du sel (qui est un cristal)… l’attention s’est focalisée vers le minéral, croisé avec le dynamisme des flots de la rivière et des tourbillons baroques. A leur point de jonction, la découverte d’une pierre locale « cargneule », dont les crevasses courbes ont été créées par pression de l’eau. En déroulant la ligne d’un crayon et d’un stylo, en suivre les flux et fractures, et y inscrire des mots cherchant à transcrire l’imaginaire qu’elle suscite. Ce dessin-écrit est multiplié par photocopies pour construire, par assemblage, des maisons, puis un village telle une écriture. Le vocabulaire décrivant cette pierre (« caverne », « pinacle »…) fait d’ailleurs écho à l’habitat, et la forme de sa structure complexe à l’architecture baroque… Et c’est une maison, pleine de plis, que Gilles Deleuze dessinait pour expliciter la philosophie baroque (Le Pli : Leibniz et le baroque). Poursuivant cette recherche en mouvement (comment donner vie à l’inerte, auquel sont couramment associées la pierre et l’architecture ? ou, plutôt, comment rendre leurs propres dynamismes, quasi-imperceptibles ?), le projet s’oriente vers des actions performances qui seront expérimentées le vendredi 18 mai dès 9h30 sur la place de la Cathédrale, grâce à la participation des élèves.

Les deux classes de CM2 de l’école de Sospel ont observé tout ce processus et pratiqué eux aussi en écho. Ils ont ainsi découvert que la création se construit dans la durée, avec des explorations, des questionnements, des tentatives, des errances, des lectures, des expériences, de la curiosité, des pistes ouvertes, mises de côtés, des choix, des mots que l’on essaie de poser, des revirements, de belles surprises, des complexités techniques, et des solutions à inventer… Aussi, le regard posé sur l’œuvre finalisée sera porté par la connaissance et l’expérience de toute cette démarche. Les réactions et inventions des élèves ont d’ailleurs même fait partie de ce cheminement : leurs mots incroyablement inspirés par les fossiles, cristaux et autres pépites récoltées en randonnée (à la suite de Roger Caillois, André Breton, Jean Arp) ; leur matérialisation sur base de pâte à sel venant faire parler les cailloux de la Bevera ; les graphismes anguleux, striés, adoucis ou tranchés par lesquels ils ont dessinés les pierres ; les mélanges de sels du monde retenant l’encre dans la colle, les grattages, recouvrements de matière ; les collages sur leur maison par petits bouts graphiques ou grands bouts englobants ; les agencements testés de mini-village, en ronds, par tailles, superposés, en écriture (formant « restav » de la façade de la cathédrale), sur la tête, sur deux têtes, comme des gants, en dansant, jusqu’à recouvrir tout le corps, activant des maisons nomades (comme le sel transporté), et interrogeant in fine les processus d’évolution architecturale d’un village au fil des ans… et puis toutes leurs questions, leurs surprises, leurs réactions, leurs yeux grands ouverts et sourires enjoués…

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someonePrint this page