Le train…. en quelques lignes

Publié le 9 novembre 2016

gare_de_sospel-2Une réunion d’information sur le devenir de la ligne ferroviaire Nice/Cuneo à l’initiative de la Région s’est tenue le 8 novembre 2016, à Breil sur Roya.

Présidée par M. TABOROT vice-président de la Région en charge des transports et en présence de SNCF Réseau

Invités présents :

  • Elus de la Région : Pierre Paul Leonelli, Laurence Boetti-Forestier
  • Elus du Département 06 : Xavier Beck représentant le Président Eric Ciotti, Francis Tujague, Valérie Tomasini
  • Elus de la communauté d’agglomération de la Riviera Française (CARF) et de la communauté de communes des Paillons, maires ou leurs représentants des communes des vallées Bévéra, Paillons et Roya.
  • Elus des régions Ligure et Piémont.

Une première partie de la réunion s’est tenue avec les acteurs politiques puis un échange avec les associations et usagers de la ligne ferroviaire a été proposé.

La Région a clairement signifié

  • sa volonté de maintenir cette ligne ferroviaire dans l’intégralité de son tronçon
  • sa volonté de soutenir le monde rural
  • sa volonté de défense du service public.
Historique de la ligne :

La gestion courante, la maintenance et les investissements sur la portion de ligne ferroviaire entre Breil et Tende sont de compétence italienne, régies par une convention datant de 1970.

Cet entretien n’a pas été réalisé pendant des années et la première sanction a été de réduire la vitesse des trains pour maintenir la ligne et ralentir le vieillissement des infrastructures.

La convention de 1970 est en cours de révision et un document stabilisé devrait être établi au début du mois de décembre 2016.

En attendant, l’Etat italien a mobilisé des fonds pour engager des travaux.

Travaux et financement :
Phase 1

29 millions d’euros ont été débloqués par l’Italie et attribués à 2 maîtrises d’ouvrage et 2 millions d’euros ont été débloqués par SNCF réseau :

  1. une partie de la maîtrise d’ouvrage est donnée au réseau italien pour le confortement du tunnel de Tende (ferroviaire) : les travaux consistent en la reprise de la voute avec injections, des dégâts étant causés par les infiltrations d’eau abondantes
  2. l’autre partie de la maîtrise d’ouvrage est donnée à SNCF réseau et porte sur différents points techniques
    • Rails en mauvais état à remplacer
    • Zones boueuses à résorber (avec mise en place de géotextiles, changement de ballast…) avec remise à niveau de la ligne ensuite (nivellement)
    • 5 ouvrages d’art ont des défauts à réparer dont le pont de la Lavina et celui de la Maglia pour lesquels les sondages sont déjà faits avec les préconisations.
    • Confortement d’ouvrages en terre et de parois rocheuses qui s’effritent : mise en place de grillages et de détecteurs de chute de pierres.
    • Equipement de la ligne de système d’arrêt automatique sur les gares de Breil/Fontan/ Saint Dalmas/Tende. Pas nécessaire pour la gare de la Brigue car il n’y a pas d’aiguillage. Concernant les gares de Vievola et Limone, c’est l’Italie qui s’en charge pour que les trains français puissent accéder jusqu’en Italie et en parallèle, l’Italie équipe les systèmes de contrôle adaptés pour les trains italiens.

Ces travaux ont déjà débuté mais nécessiteront la fermeture de la ligne entre Breil et Tende de septembre 2017 à mai 2018, la Région a prévenu des lignes de bus de substitution y compris pour l’Italie.

Tout ceci permettra de sécuriser la ligne et de la pérenniser en l’état avec une incertitude pour le moment pour une accélération de vitesse au-delà de 40km/h (impossible en tout cas de revenir sans plus de travaux à 80km/h).

Etude complémentaire avant la phase2 :

Pour pouvoir accélérer les trains et augmenter la cadence, des études complémentaires sont encore nécessaires pour affiner le diagnostic, la planification des travaux et une vision globale des coûts.

Il faut déjà réactualiser l’ancienne étude, vérifier les nouvelles normes pour les passages à niveaux, vérifier les adéquations entre réglementations italiennes et françaises…..

Cette étude complémentaire coûte 90 000 euros dont le financement est quasiment acquis avec participation de l’Etat, de la Région, du Département des Alpes-Maritimes, de la CARF, de la communauté de communes des Pays du Paillon.

Phase 2 :

La renégociation du Contrat de Plan Etat-Région a acté l’investissement de 15 millions d’euros pour réaliser la suite des travaux et retrouver une vitesse plus élevée.

  • 5 millions d’euros sont donnés par l’Etat
  • 5 millions d’euros sont donnés par la Région
  • 5 millions sont encore à trouver auprès des autres collectivités partenaires. Le CD 06 contribuera à une hauteur minimum de 2 M€.

Pour la première fois depuis plusieurs années, l’horizon semble très positif pour cette ligne et tout le monde s’accorde à dire qu’il faut miser sur la dimension transfrontalière de ce moyen de transport, ligne de vie de notre territoire.

train_nice_cuneo