Le fort de l’Agaisen inscrit au titre des Monuments Historiques

Publié le 17 juillet 2016

Le 13 avril dernier à Aix-en-Provence la Commission régionale du Patrimoine et des sites (CRPS) s’est réunie à la Direction régionale des affaires culturelles de Provence-Alpes -Côte d’Azur et a examiné, entre autres dossiers, celui de l’ouvrage de l’Agaisen.

Agaisen

Cette demande de protection est à l’origine de l’association EO III Agaisen qui entretient, restaure, « remeuble » l’ouvrage dans une volonté de présentation pédagogique. Un premier contact avait été établi par les bénévoles de l’association avec Mme Giraud aux affaires culturelles de la Région qui a établi par la suite un dossier richement documenté, qu’elle a présenté aux nombreux membres de la commission ; des spécialistes émérites se sont ensuite exprimés sur la pertinence de ce projet d’inscription puis la parole fut donnée à l’adjointe déléguée à la culture, au tourisme et au patrimoine pour soutenir la candidature. Le verdict du jury fut prononcé après une délibération à huis clos : un vote à l’unanimité pour l’inscription en totalité de l’ouvrage, y compris les éléments de mobilier immeubles par nature (tourelle notamment) ! Le président du jury a ensuite insisté sur l’exceptionnelle valeur du patrimoine fortifié de Sospel qui par sa position stratégique a été doté d’un fort type Séré de Rivières sur le mont Barbonnet dans les années 1883-1886 ; ce fort fut par la suite adapté et complété par l’adossement d’un ouvrage mixte CORF (ouvrage du Barbonnet).

Dans les années 1929-1935 furent construits à Sospel :
  • Quatre ouvrages mixtes : Agaisen, Barbonnet, Monte Grosso et Saint Roch (qui a été labellisé Patrimoine XX°siècle en 2000 ) ;
  • Un ouvrage d’infanterie : ouvrage du champ de tir de l’Agaisen ;
  • Un ouvrage d’avant-poste : ouvrage de Castes Ruines.

En 1940 ensuite, une série de douze blockhaus et une casemate, la casemate du Golf de Sospel, complétaient l’équipement Maginot qui comptait donc une vingtaine d’ouvrages sur le seul secteur frontalier sospellois.

Cet ensemble fortifié a été étudié dans le cadre de l’enquête thématique régionale sur l’architecture militaire par le service de l’inventaire en 1994-1997 ; au terme de cette enquête, l’évidence voire l’urgence d’une protection s’affichait pour trois ouvrages : Le fort Suchet/Barbonnet, l’ouvrage d’avant-poste de Castes Ruines et l’ouvrage mixte de l’Agaisen.

C’est donc un premier grand pas en ce sens qui a été franchi le 13 avril pour la reconnaissance et la protection de notre patrimoine. Avec un immense bravo à tous ceux qui œuvrent dans ces forts pour leur conservation et leur mise en valeur à destination du public.