Création en cours

Publié le 18 février 2018

Artiste plasticienne, Anaïs Lelièvre est en résidence à Sospel, dans le cadre du dispositif «Création en cours» mis en place par les Ateliers Médicis, avec le soutien du Ministère de la Culture.

Au fil de ses venues, de janvier à mai, elle partagera ses recherches, questionnements et découvertes avec les élèves des deux classes de CM2 de l’école de Sospel. Ainsi, sa rencontre avec la ville fut d’abord une histoire de pierres, croisant les ressources du territoire et un intérêt déjà présent dans sa pratique artistique (à partir de pierres de lave ramenées d’Islande et d’une géode de cristal trouvée au Brésil). Sur le chemin de ce processus de création, avec ses errances et surprises, les élèves sont allés en randonnée à la découverte de cailloux «qui leur parlent» et qu’ils ont fait parlés, en écho à Roger Caillois, André Breton et Jean Arp : Et si les pierres avaient une bouche…

img_6169

De là, une autre route du sel (ce minéral que l’on mange chaque jour) les a amené à matérialiser ces mots en pâte à sel… Comment rendre sensible la densité du langage verbal ? Que serait faire l’expérience, dans le même espace que le corps, de l’épaisseur stratifiée de mots rocailleux, poreux, stratifiés, piquants, troués, qui prennent de l’espace comme le ferait le son ? Peut-être en découvrirez-vous sur votre route ces prochains jours…

Extraits des textes écrits par les élèves :

«Quand les fossiles se sont fossilisés, ils étaient au fond de la mer. Après, quand il y a eu un tremblement de terre, la pierre est sortie de l’eau, elle a vu plein de sangliers et plein d’autres animaux. Le caillou me fait plein de sourires. Quand on te regarde au soleil tu brilles et tes traces, on dirait des écritures. Sa couleur me fait penser à un nuage gris. Dans la pierre il y a du fer. Brillant, noir, miroir, vague, feux… Quand je te vois, je pense à Saturne, même si tu es à moitié cassée, tu ressembles à une planète, aussi tu as 150 millions d’années. Saturne, elle est comme ça. Avec ton anneau magnifique… Bonjour, je m’appelle cœur de pierre. Je suis un peu ovale. J’ai des petits creux quand on me les touche et ça me chatouille. Et je suis un peu plate. Je suis bizarre, ça ne me dérange pas d’être bizarre, je suis pointue au dessus. J’ai beaucoup de couleurs, j’ai de la chance d’en avoir beaucoup. Au milieu de moi, j’ai une partie qui ressemble à du cristal et ça brille. C’est un peu transparent. Au premier coup d’œil, on dirait que je suis un poisson. Je ressemble à pas grand chose mais je reste belle. J’ai beaucoup de fissures, je me suis fait mordre par un crocodile. J’ai un trou car quand j’étais dans la nature, sous l’eau, j’étais plus molle et contre une autre pierre qui avait une pointe et ça m’a fait un trou. A l’intérieur de mon corps, je suis toute noire. Je contiens des choses qu’on ne peut pas voir. J’ai une bouche… Essayez de savoir où elle se trouve. J’ai de belles dents et j’aime les pizzas de cristal. J’ai aussi un ventre avec un creux. Je ressemble à une pomme de pain ou à un œil fermé. J’ai un œil de cristal. On dirait que j’ai des yeux, mais j’ai des fossiles, j’ai un peu des creux, un peu d’orange dans les creux. Ma tache de rouille m’embrouille. On dirait que j’ai la varicelle. J’adore les fossiles qui sont sur mon dos. Derrière mon corps, j’ai plein de petites pierres noires. Ces pierres noires, je les considère comme ma famille. J’ai 891 bébés, j’ai 811 millions d’années. Je ressemble à une montagne et je vis à Sospel. Je me lève le matin, je regarde le ciel et me dis, où est ma bouche, où est mon nez, je vois les humains qui me marchent dessus, ils ne pensent pas s’ils étaient à notre place. Je sers aux hommes préhistoriques, je sers à couper la peau des bêtes, à couper la viande, à se gratter… J’ai vu Rexilus lorsque c’était un bébé dinosaure et il m’a mangé. Au secours, je veux bouger ! Je veux bouger depuis le temps que je n’ai plus bougé. Ne pas bouger, grandir au fil des années et se faire marcher dessus et un jour on me prend, on m’amène dans la mer. Un an plus tard, je me réveille et je suis ronde, grande, ébahie. Je suis une forêt enneigée, ma neige brille de mille feux. Je suis un mélange de couleurs, j’ai un côté nuit et un côté jour. J’aime bien qu’on m’admire, je me prends pour une star. Quand dans mon coin il n’y a personne… donc c’est pour ça que je te souris. Surtout ne me jette pas, on ne dirait pas mais j’ai besoin de vivre. Vous pouvez me jeter par terre, je ne me casse pas. J’adore jouer au foot, j’adore danser, je fais des spectacles. J’aimerai tellement pouvoir sauter, pouvoir courir, aller où je veux… Je m’ennuie tous les jours et ça fait déjà 1000 ans, alors le mardi 6 février, je suis partie à l’aventure. J’ai roulé pendant longtemps et je suis tombée sur la mer. Elle m’a emporté et j’ai roulé pendant très longtemps jusqu’à ce que mes angles s’arrondissent et grâce à ça, je peux rouler facilement. Je déménage souvent, je change de montagne tous les ans. Si j’avais une bouche pour parler, je dirais à la nature : « Merci de m’avoir créée ». Avant j’étais tout le temps écrasé par les voitures, mais maintenant je me suis fait nettoyé. Heureusement on m’a trouvé ! J’ai un côté diamant et un côté pierre et dessous j’ai un dessin. Tous les jours, je vois des gens me prendre et me regarder… Je ressemble à un œil qui a un sourcil au-dessus ; sur mon sourcil, on peut voir des espèces de dessins. Des vagues, un soleil et des traits… En fait, je suis un fossile coupé en deux. On peut y voir plusieurs couches. Une grosse pierre m’est tombée dessus au moment où passait un randonneur. Du coup, je me suis trouvé éjecté de mon autre moitié. Maintenant, je ressemble à un œil ou à une empreinte digitale. Une fille m’a ramassé et m’a mis dans un sac qui sentait la lavande. Et un jour on m’a dessiné et on m’a écrit ce texte…»

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someonePrint this page